Astuces et témoignages

La différence entre être occupé et être concentré

La différence entre être occupé et être concentré

Posté par Lolitta Gevorkova le 28 Février 2017

Posté par Lolitta Gevorkova le 28 Février 2017

Il y a une différence entre être occupé et être heureux. Entre le travail, les études, la famille et les relations personnelles, il ne reste pas beaucoup de temps pour nous-mêmes. Que pouvons-nous faire pour changer cela ? Le minimalisme est une solution viable pour gagner plus de temps à notre époque. Vous avez peut-être mis de l’ordre dans votre maison, rayé des éléments de votre liste de tâches, et même commencé à vous attaquer à vos boîtes e-mail pleines à craquer. Mais même après avoir fait toutes ces choses et plus, il est possible que vous vous sentiez encore dépassé et ayez des millions de choses à faire. Pourquoi ? Avoir moins de choses et moins de notifications numériques c’est très bien, mais cela ne suffit pas à améliorer votre concentration.

Pour savoir comment y parvenir, nous avons rencontré Joshua Fields Millburn de The Minimalists, une initiative visant à aider les gens à vivre une vie plus enrichissante avec moins. Joshua nous a parlé de la manière dont il a découvert le minimalisme, de la différence entre être concentré et être occupé, et de comment s’assurer que le travail que l’on accomplit a un sens. Cette conversation a été une extraordinaire source d’inspiration et nous a donné la volonté d’apporter un changement positif à la façon dont nous abordons la productivité chez Evernote.

Être occupé et les pièges à éviter

Ayant grandi dans la misère, Joshua a connu toutes les difficultés qui accompagnent la pauvreté. Pour améliorer sa situation, l’une des premières choses qu’il a faite en tant qu’adulte a été de décrocher un travail dans la vente et d’abattre des semaines de travail de 60 à 70 heures, tout en grimpant l’échelle hiérarchique de l’entreprise. Qui pourrait le lui reprocher ? Les emplois de commerciaux rapportent beaucoup d’argent, ce qui renvoie toujours une image de succès. Il n’a pas fallu longtemps pour que Joshua devienne le Directeur des opérations d’une grande chaîne de magasins où il a obtenu de constantes promotions et s’est vu attribuer un nombre croissant de responsabilités. Il est devenu de plus en plus occupé, si bien que le fait d’être occupé est devenu un symbole de son statut, une partie intégrante de son identité. « Pendant longtemps, je produisais des volumes de supposés résultats, mais je n’étais pas productif dans le sens créatif ou significatif du terme. Je faisais avancer les choses en apparence, mais en réalité, je n’accomplissais rien », nous a-t-il confié. Cela vous est-t-il familier ?

« Je faisais avancer les choses en apparence, mais en réalité, je n’accomplissais rien. »

Être concentré et le rester

Vous avez probablement entendu parler à plusieurs reprises du « deep work », ou travail de profondeur. Cela consiste à être pleinement concentré et à nous plonger dans ce que nous voulons créer. C’est un état que la plupart d’entre nous recherche mais atteint rarement. Nous n’en avons tout simplement pas le temps. Au fil des ans, Joshua a réussi à maîtriser le travail de profondeur et, bien qu’il accomplisse désormais un nombre moindre de tâches chaque jour, ce qu’il accomplit à davantage de valeur car il ne s’est pas précipité pour y arriver. Quel est son secret ? Arriver à dire non. « Le problème dans le fait de dire oui à tout, c’est que vous dites non à d’autres choses plus importantes. L’idée de “faire avancer les choses” devrait être redéfinie comme “faire avancer les choses importantes” », souligne-t-il.

La puissance du non

Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, le fait de dire non n’est pas une idée nouvelle. Le vrai secret est d’apprendre à dire non de façon adaptée et cohérente. Cela n’a rien de facile, mais une fois que l’on y arrive, la puissance du non est déclenchée. En disant oui à tout ce que l’on nous demande « nous laissons d’autres personnes dicter notre journée et c’est là que le fait d’être occupé ressemble à de la productivité ». Joshua propose une solution en deux étapes pour arriver à dire non de manière efficace :

  1. Définissez et écrivez vos priorités et vos valeurs, même si vous vous trouvez dans un environnement mouvementé. Posez-vous des questions difficiles telles que « Quelle personne est-ce que je souhaite devenir ? Est-ce que j’approuverai ce choix lorsque j’aurai 40 ans ? »
  2. Réalisez et comprenez ceci : « Si vous dites oui à quelque chose, vous dites non à tout le reste. Si vous voulez dire non à quelque chose, réalisez que cela vous permet de dire oui à autre chose ». Voilà le réel pouvoir du non : libérer du temps afin de pouvoir dire oui à ce qui compte le plus pour vous.

« Si vous dites oui à quelque chose, vous dites non à tout le reste. »

Trouver des valeurs communes entre collègues

Développer ces compétences vous-même est important, cependant l’impact est faible, en particulier au travail. Vous pouvez être extrêmement concentré et efficace en tant qu’individu, cependant lorsque les résultats de votre équipe sont évalués, c’est l’effort de groupe qui importe. Lorsque nous avons demandé à Joshua comment faire en sorte que nos collègues rejoignent l’approche minimaliste pour augmenter leur productivité, il a proposé une réponse unique : créer un langage commun et trouver des valeurs communes.

Commencez par familiariser vos collègues avec la terminologie et posez-vous des questions telles que « Quelle nouvelle langue puis-je introduire au travail ? Quels avantages cela peut-il apporter aux autres ? Quelles questions pertinentes puis-je poser à mes collègues ? Quel est le résultat recherché ? », suggère Joshua.

Il ajoute que le minimalisme se rapporte à l’utilisation intentionnelle des ressources, et l’un des plus grands défis pour que vos collègues rejoignent un nouveau flux de travail est que vous partagez tous les mêmes ressources, mais de façons différentes. Vos collègues et vous pouvez avoir des parcours et des objectifs différents, mais en fin de compte, vous trouverez un terrain commun si vous identifiez et chérissez des valeurs communes.

Interroger le sens de votre travail

La plupart d’entre nous vont au travail chaque jour en détestant leur emploi ou en se demandant si ce qu’ils font a réellement un sens. Si avez ce sentiment, ne quittez pas votre travail sur un coup de tête dans l’espoir de trouver un emploi qui vous passionne davantage. Il est facile de confondre l’enthousiasme avec la passion, mais les deux sont différents. Comme le dit Joshua : « Être prêt à fournir le travail et les heures qui correspondent à vos valeurs et arriver au-delà des tâches banales. Voilà la contrepartie. La passion réelle se trouve de l’autre côté du travail assidu ».

Joshua a pris une décision drastique en quittant son emploi et en vendant sa maison pour poursuivre une vie minimaliste, mais ce chemin n’est pas idéal pour tout le monde et c’est tout à fait normal. Avant de prendre une décision radicale, Joshua nous encourage à nous débarrasser de tous ce qui encombre nos vies personnelle et professionnelle, et à comprendre quelles sont nos valeurs. Et bien que ce processus ne soit pas nécessairement joyeux, il a une fin heureuse : nous saurons si notre travail à un sens ou non, car nous accepterons uniquement de travaillez sur ce qui est important.

Vous souhaitez apporter des changements à votre vie ? Regardez le film Minimalisme : un documentaire sur les choses importantes et suivez The Minimalists sur Instagram afin d’obtenir de l’inspiration sur la façon de vivre une vie plus enrichissante avec moins.

Premium

Evernote Premium

Des produits pour améliorer votre quotidien et vous aider à mieux travailler.

Passer à Premium
Lisez plus témoignages d'utilisateurs dans 'Astuces et témoignages'

Les commentaires sont fermés.