Astuces et témoignages

Comment la méthode Montessori s’applique à l’environnement de travail moderne

Comment la méthode Montessori s'applique à l'environnement de travail moderne

Posté par Barbara Atkinson le 31 Mars 2017

Posté par Barbara Atkinson le 31 Mars 2017

« L’imagination ne devient grande que lorsque l’homme, grâce au courage et à l’effort, s’en sert en vue de quelque création. » – Maria Montessori

L’héritage de Maria Montessori a remodelé le domaine de l’éducation. C’est d’elle que nous vient la philosophie selon laquelle nous apprenons et grandissons mieux en suivant un chemin inné de développement personnel. Un sujet qu’elle maîtrisait parfaitement, comme le prouvent ses six nominations pour le prix Nobel de la paix, et la présence de son portrait sur le billet de 1000 lires en Italie. Elle encourageait ses élèves, enfants comme adultes, à faire confiance à leurs actions. Une méthode qui a fait ses preuves dans les salles de classe et qui fonctionne aujourd’hui sur notre lieu de travail.

Une rebelle de l’éducation

Maria Montessori naît en Italie à la fin du XIXè siècle. À cette époque, les filles ne peuvent choisir qu’entre deux carrières : enseignante ou religieuse. Mais cela n’arrête pas Maria. Élève modèle passionnée d’éducation, elle est ambitieuse et ses parents, tous deux lecteurs insatiables et instruits, ne vont pas à l’encontre de l’enthousiasme naturel de leur fille pour les études. Ils ont également les moyens de l’aider à intégrer une école technique réservée aux garçons à 13 ans pour lui permettre d’étudier l’ingénierie. Un scandale pour l’époque. Là-bas, elle doit passer les récréations à l’intérieur pour éviter d’être tourmentée par les autres élèves. Après avoir obtenu son diplôme du secondaire, elle décide d’étudier dans un autre domaine masculin : la médecine. Les défis ne lui font pas peur.

La jeune femme envoie une demande d’inscription au programme de médecine de l’Université de Rome, qui la refuse en prétextant sa méconnaissance des langues classiques. Imperturbable, elle étudie deux ans de plus et présente à nouveau sa candidature. L’université finit par l’accepter. Mais là encore, on considère qu’il est trop osé pour elle de travailler sur des cadavres en présence d’hommes. Elle le fait donc seule, le soir. Malgré les difficultés, Maria Montessori obtient son diplôme en 1896. Elle est la première femme titulaire d’un diplôme de médecine en Italie.

Un destin choisi

Pendant les premières années de sa pratique médicale, Montessori se concentre sur la psychiatrie, qui en est encore à ses balbutiements (L’interprétation des rêves de Freud est publié en 1899 et n’est vendu qu’en 600 exemplaires en huit ans). Elle assiste également à des cours sur l’éducation et développe un intérêt profond pour la théorie de l’éducation, et plus particulièrement pour le traitement des enfants souffrant de handicaps intellectuels et du développement. En 1900, elle ouvre un institut de formation destiné aux enseignants pour enfants en difficulté. Cela lui permet d’expérimenter différentes méthodes d’enseignement. En 1907, elle ouvre la Casa dei Bambini, une crèche pour les enfants pauvres sans supervision. Elle y conçoit une salle de classe et des supports de formation pour favoriser ce qu’elle considère comme le désir naturel d’apprendre de l’enfant.

Une influence internationale

L’approche de l’éducation de Montessori est adoptée avec enthousiasme dans le monde entier et dans son pays natal, l’Italie. Lorsque Benito Mussolini s’empare du pouvoir en 1922, Montessori, qui a voyagé et donné des conférences à l’étranger, rentre en Italie et accepte le poste d’éducatrice principale qu’il lui offre. Mais politique et éducation ne font pas bon ménage. Elle fuit le pays en 1934 après avoir refusé que ses écoles prêtent allégeance au fascisme, comme l’exigeait Mussolini. En représailles, ce dernier fait fermer plus de 70 écoles de Montessori en Italie. Elle se réfugie en Inde, où elle passe du temps en compagnie de Gandhi, fervent défenseur du système de Montessori : il utilise une technique similaire pour enseigner aux enfants dans ses ashrams. Son amitié avec Gandhi et son intérêt pour le pacifisme influencent ses livres Education for Peace et Education for a New World.

L’apprentissage à l’état naturel

La méthode Montessori repose sur l’observation suivante : les enfants placés dans un environnement riche non structuré apprennent naturellement. Un éducateur peut simplement fournir des opportunités pour stimuler les étapes naturelles de l’apprentissage. Les salles de classe de Montessori sont équipées de fournitures à la taille des enfants, ce qui est révolutionnaire pour l’époque. Elle apprend aux enseignants à laisser les enfants jouer comme ils le souhaitent avec une « discipline spontanée ». La méthode Montessori rencontre un succès impressionnant : en 1910, elle est déjà connue dans le monde entier. Aujourd’hui, il existe 22 000 écoles Montessori dans au moins 110 pays.

Interaction et apprentissage : la méthode Montessori

Montessori introduit une autre innovation dans le domaine de l’éducation. Celle-ci repose sur un concept inédit pour l’époque : nous apprenons en interagissant directement avec notre environnement. Elle constate également que les enfants apprennent des choses, puis s’appuient sur ce qu’ils ont appris et passent au niveau supérieur naturellement, sans avoir besoin d’un plan de cours contraignant et rigide.

Toutes les théories de Montessori peuvent être utiles aux adultes. Combien d’entre nous se retrouvent coincés dans une façon de faire les choses parce qu’ils ont toujours procédé ainsi au lieu de s’adapter à la situation ? Faites-vous confiance et créez votre propre chemin au lieu de vous imposer une solution ou un mode de pensée unique.

La liberté et les défis ne sont pas réservés aux enfants

Si vous vous heurtez à une trop grande résistance, c’est peut-être parce que vous n’utilisez pas les bons outils ou que vous cherchez à atteindre le mauvais objectif.

Même les adultes peuvent « décrocher » lorsqu’ils essayent de forcer les choses de manière prématurée. Respecter une norme arbitraire n’est pas une bonne raison de se fixer un objectif. Par exemple, aucune règle n’exige que vous maîtrisiez une langue étrangère après deux ans d’études ou un logiciel après un mois d’utilisation. Ce sont des « normes » inventées de toute pièce qui ne prennent pas en compte les circonstances individuelles. La méthode Montessori se base sur la capacité des enfants à atteindre un stade d’apprentissage approprié. Et ça fonctionne aussi pour les adultes.

À chacun sa trajectoire

Pour que l’apprentissage autonome fonctionne, le modèle éducatif de Montessori s’appuie sur une progression méthodique d’un niveau à l’autre. Les élèves gèrent les leçons de la manière la plus adaptée à leurs besoins. Vous devez d’abord identifier le style d’apprentissage qui vous convient. Ensuite, vous pourrez vous y mettre.

Pour Montessori, il existe des « périodes sensibles », un stade de développement pendant lequel l’élève peut profiter au mieux d’une nouvelle expérience. Pendant une période sensible, l’enfant s’intéresse énormément à une activité ou à un type de jeu jusqu’à ce qu’il maîtrise une nouvelle compétence. C’est aussi le cas des adultes, qui se passionnent pour certains loisirs ou intérêts. La clé est de croire en la valeur de vos intérêts. Soyez attentif à votre enthousiasme : vers quoi vous guide-t-il ? C’est comme cela que vous réussirez.

Montessori était convaincue de la capacité de tous les élèves à développer une forte « auto-régulation », à s’éduquer eux-mêmes, à savoir ce qu’ils apprennent et à évaluer les expériences d’apprentissage. Quelle est la faiblesse de votre méthode de travail ? Dans quel domaine excellez-vous ? Il ne s’agit pas de faire des jugements de valeur, mais de créer des outils pour vous aider à atteindre votre objectif.

Objectifs et structure, les deux indispensables

Montessori insiste sur l’importance des blocs de temps de travail ininterrompus. Sans interruptions pour vous déranger dans votre lancée, vous aurez l’espace mental nécessaire pour établir des connexions et assimiler vos découvertes. Réservez des périodes de temps ininterrompues au travail, au jeu ou à la créativité rien que pour vous. C’est essentiel pour la réflexion et l’innovation.

Mentorat et communauté : créer des liens

Montessori s’appuie également sur la communauté créée par des groupes d’âges mixtes. Pour les petits, les enfants plus âgés sont des figures de soutien, des mentors. Pour nous, adultes, nos  meilleurs mentors ne sont pas nécessairement des rock stars aux histoires de réussite folles, mais souvent des personnes un peu en avance sur nous qui empruntent le même chemin. Un mentor peut être quelqu’un qui est passé par les mêmes étapes que vous, ou qui est déjà arrivé là où vous voulez arriver. Demandez-leur des conseils ou essayez d’appliquer leurs méthodes.

Appliquer les leçons dans la vraie vie

Pour Montessori, le jeu des enfants est leur travail, notamment les activités créatives, abstraites et amusantes. Adoptez ce concept et tirez-en parti : tout est bon à prendre. Ne rejetez pas les activités qui ne mènent pas directement à un profit ou à une croissance externe. Consacrer du temps à des projets créatifs et (non) constructifs peut être très utile.

« Respectez votre processus », « Trouvez votre rythme » et « Travaillez dur, mais amusez-vous »… ce ne sont pas juste des devises que l’on retrouve sur des t-shirts. Ce sont des approches éducatives qui ont fait leur preuve. Suivez les conseils du Dr. Montessori : vous pourrez atteindre votre objectif si vous respectez votre propre façon de faire les choses. N’imitez pas la stratégie des autres. Réservez-vous des moments de quiétude. Optimisez vos forces, et, oui, amusez-vous autant que vous travaillez.

Premium

Evernote Premium

Des produits pour améliorer votre quotidien et vous aider à mieux travailler.

Passer à Premium
Lisez plus témoignages d'utilisateurs dans 'Astuces et témoignages'

Les commentaires sont fermés.